Menu
Le cabinet
17 rue Cadet
75009 PARIS
Me contacter
Du Lundi au Vendredi
de 8h30 à 20h00

Avocat en droit de la famille à Paris 9

Avocat au Barreau de PARIS, situé dans le 9e arrondissement au centre de Paris (proche Paris 1), le Cabinet de Maître Muriel GUILLAIN vous conseille et vous assiste pas à pas dans toutes les procédures concernant la famille (séparations et divorces, autorité parentale, résidence des enfants, droit de visite, pension alimentaire, filiation, adoption, changement d'état civil...)

Quand la décision de se séparer s'impose, il faut se préparer et l'organiser, envisager les conflits, imaginer les solutions. L'intervention d'un avocat est nécessaire pour vous expliquer vos droits, pour les défendre et vous permettre de construire l'aprés séparation.

Que se passe-t-il si je quitte le domicile conjugal ?

Quitter le domicile conjugal ca se prépare. L'idéal est d'obtenir l'accord de votre conjoint. Si c'est impossible, déposez une main courante expliquant votre décision. 

Si vous êtes marié(e), votre conjoint pourra vous reprocher ce départ et en faire une cause de divorce. Mais rassurez-vous, cela n'aura pas d'impact financier si votre départ ne s'accompagne pas d'un comportement injurieux ou humiliant.

Si vous partez sans les enfants, cela peut avoir des conséquences sur la fixation ultérieure de leur résidence auprès de vous.

Pourrais-je avoir la résidence des enfants ?

La résidence habituelle des enfants est fixée en fonction de l'intérêt des enfants.

Pour cela le juge va tenir compte de leur âge, de leurs habitudes, de leur scolarité, de l'implication de chacun des parents dans leur vie quotidienne, des conditions d'accueil que chacun va leur offrir, de leur disponibilité.

Le juge va aussi apprécier l'attitude des parents l'un envers l'autre (respect, dialogue, pression, violence...).

Combien vais-je devoir verser à mon conjoint ?

Le concubinage, sauf circonstances particulières ne donne pas droit à une contrepartie financière lorsqu'il y est mis un terme.

Les partenaires liés par un PACS ont pendant toute sa durée une devoir réciproque d'assistance. Mais la rupture fait disparaître ce devoir.

C'est seulement dans le cas du divorce qu'il peut y avoir versement d'une somme qui a pour but de compenser la disparité de niveau de vie que va créer la rupture pour l'un des conjoints.

Le montant de cette compensation dépend de plusieurs critères (notamment durée du mariage, état de santé, âge, temps consacré à l'éducation des enfants, impact de la vie de famille sur la carrière professionnelle, aide apportée à la profession du conjoint, droits à la retraite...). Il n'existe pas de barème.

Peut-on organiser une résidence alternée ?

Une résidence alternée peut toujours être envisagée. Sa mise en place dépend de nombreux critères et doit toujours être décidée en fonction de l'intérêt des enfants.

Faut-il aller voir un notaire pour notre maison ?

En cas de séparation et quand il y a un bien immobilier, l'intervention du notaire est incontournable.

Avec votre avocat à Paris dans le 9e arrondissement (proche Paris 1), vous réunirez les éléments nécessaires pour permettre au notaire de liquider votre régime matrimonial dans le respect de vos droits.

En cas de PACS ou de concubinage, après avoir réuni toutes les preuves de votre participation à l'acquisition, l'entretien et l'amélioration du bien immobilier que vous aurez acquis avec votre conjoint, vous pourrez soit décider de vendre le bien et vous partager le prix après avoir fait les comptes entre vous, soit céder votre part à votre conjoint et faire les comptes entre vous. Le notaire intervient alors au moment de la vente, il peut, en collaboration avec votre avocat vous aider à faire les comptes entre vous, mais il peut aussi n'avoir que la mission de séquestrer les fonds en attendant qu'un accord soit trouvé sur les comptes.

Contactez-nous

Consultez également

Actualités
  • 24 / 10

    - Les ateliers de la coparentalité

    S'inspirant d'une action menée au Canada, la chambre de la famille du TGI de Bayonne a développé le concept en concertation avec la CAF et le Barreau de Bayonne.  Cette initiative s'appuie sur ...

  • 21 / 10

    - Pour changer de nom il faut un intérêt légitime

    La loi pose le principe de la dévolution et de la fixité du nom de famille. Ce sont les articles 61 et suivants du Code civil qui prévoient les conditions auxquelles il peut être dérogé à ce ...

Membre de l'association
Avocat de la famille
Plan d'accès
17 rue Cadet
75009 PARIS 9ème Arrondissement