Menu
Le cabinet
17 rue Cadet
75009 PARIS
Me contacter
Du Lundi au Vendredi
de 8h30 à 20h00

Avocat pension alimentaire à Paris 9e

Lorsque les parents sont divorcés ou séparés, la question de la pension alimentaire reste un problème important. Maître Guillain,  avocat basé à Paris 9e (proche Paris 1), est compétent dans ce domaine et défend les droits de vos enfants.

Qu’est ce que la pension alimentaire ?

La pension alimentaire est une des obligations les plus importantes qui s’imposent aux ex-époux après le divorce. Elle permet de subvenir aux besoins de l’enfant. C’est une somme d’argent, préalablement calculée par le juge ou de façon amiable, Elle est due par un parent à l’autre. Le calcul se fait en fonction du nombre d’enfants, de leurs besoins, de leur âge, de leur état de santé, de leurs études et du revenu annuel du parent débiteur.

C'est au parent qui ne possède pas la garde des enfants de verser cette obligation. S’il vit en couple, le calcul se fait en fonction du revenu global du couple.

La révision du montant de la pension alimentaire

Les parents doivent veiller à l’éducation, à l’entretien et au bien-être de leurs enfants, dont les besoins évoluent avec le temps. Ils peuvent donc réviser ou revaloriser le montant de la pension alimentaire.

Il appartient au juge de déterminer une clause de variation de ce montant conformément au bases de l’indice Insee, mais ce sont les parents qui font la demande.

Cette révision peut être une augmentation lorsque les besoins des enfants évoluent ou une diminution lorsque le revenu du parent débiteur diminue.

L’intervention d’un avocat n’est certes pas obligatoire, mais nécessaire pour assurer une sécurité juridique et établir de bonnes relations entre les parents. Maître Guillain, avocat en droit de la famille à Paris 9e (proche Paris 1), vous assiste dans toutes les démarches qui contribuent au bonheur de vos enfants.

Contactez-nous

Consultez également

Actualités
  • 24 / 10

    - Les ateliers de la coparentalité

    S'inspirant d'une action menée au Canada, la chambre de la famille du TGI de Bayonne a développé le concept en concertation avec la CAF et le Barreau de Bayonne.  Cette initiative s'appuie sur ...

  • 21 / 10

    - Pour changer de nom il faut un intérêt légitime

    La loi pose le principe de la dévolution et de la fixité du nom de famille. Ce sont les articles 61 et suivants du Code civil qui prévoient les conditions auxquelles il peut être dérogé à ce ...

Membre de l'association
Avocat de la famille
Plan d'accès
17 rue Cadet
75009 PARIS 9ème Arrondissement